NVIDIA GeForce GTX 680 : une évolution et des révolutions…

GeForce GTX 680

NVIDIA lance aujourd’hui la GeForce GTX 680 basée sur la nouvelle architecture Kepler. Elle est conçue pour délivrer non seulement les meilleures performances tout en consommant le moins possible. L’architecture Kepler introduit également des nouveautés telles que FXAA, Adaptive Vsync, GPU Boost, gestion de 4 écrans et NVenc. La présence de 1536 CUDA Cores ouvre également de nouvelles possibilités pour la gestion des effets via PhysX…

Au cœur de Kepler

GK104La nouvelle architecture Kepler est une évolution de Fermi introduite en 2010 par les GeForce GTX 480. Elle se caractérise par une conception massivement parallèle, optimisée pour la tesselation. On retrouve ainsi dans les GeForce GTX 680 le GigaThread Engin qui « pilote » quatre Graphics Processing Clusters (GPC) composés chacun d’un Raster Engine et de deux SMX (Streaming Multiprocessors). Ces SMX sont eux-mêmes composés d’un PolyMorph Engine pour le « setup de la scène » (viewport, tesselation et création des vertex), de 192 CUDA Core (6x plus) qui assurent tous les traitements sur les pixels, les vertex, la géométrie et la physique ainsi que de 16 unités de texturing.

Contrairement aux 512 CUDA Core de la GeForce GTX 580, les 1536 de GeForce GTX 680 n’ont pas un doubleur de fréquence. Cette nouvelle approche permet grosso modo à Kepler de doubler la performance par Watt par rapport à Fermi. Enfin, les contrôleurs mémoire sont les premiers à piloter de la GDDR5 à 1500 MHz et ainsi délivrer une bande passante de plus de 192 Go/s grâce à un bus 256 bits. Pour clôturer ce petit tour rapide de l’architecture Kepler, le contrôleur PCI-Express utilise la toute dernière norme 3.0 (8 GT/s) déjà gérée par les Sandy Bridge-E et prochainement par les Ivy Bridge. La rétro compatibilité est assurée à 100% avec le PCI-Express 2.0.

Les innovations

Grâce à la gravure en 28 nm, la consommation des cartes de nouvelle génération est revue à la baisse. A 1 GHz sous 1,1 volt, la consommation moyenne de la GeForce GTX 680 varie ainsi de 110 Watts à 160 Watts selon les jeux et les réglages. Avec le GPU Boost, la fréquence augmente de 5% (1058 MHz) sous 1,1 volt et la consommation grimpe de 130 à 180 Watts. La GeForce GTX 680 peut même atteindre 1100 MHz sous une tension de 1,2 volt avec une nouvelle augmentation des consommations : de 160 à 200 Watts. En pratique, le GPU Boost adaptera les fréquences de manière à offrir les meilleures performances possibles tout en maintenant une consommation moyenne de l’ordre de 195 Watts (le « TDP »).

 

GPU Boost

 

La synchronisation verticale « cale » la fréquence du rendu des images sur la fréquence de rafraîchissement de l’écran. Elle permet un rendu optimal mais rend les pertes de fps assez marquées. Désactiver la « Vsync » permet de s’affranchir de cette limite mais provoque parfois des déchirements dans l’image. L’Adaptive Vsync permet d’éviter les saccades lors d’une chute de framerate liées à la synchronisation verticale ainsi que les déchirements induits par sa désactivation, soit le meilleur des deux mondes…

 

Adaptive Vsync

La GeForce GTX 680 gère jusqu’à 4 écrans simultanément avec une très grande souplesse. Ainsi, trois écrans peuvent servir à jouer en 3D Vision Surround et le dernier à afficher le bureau de Windows. Les pilotes offrent des réglages afin d’adapter l’image aux bords des écrans.

 

GeForce GTX 680 sur 4 écrans

La puissance des nombreux CUDA Cores est exploitée par le FXAA, un antialiasing très performant et bien moins gourmand en ressources que ceux utilisés actuellement (MSAA). Ainsi, il suffit d’une GeForce GTX 680 contre trois GeForce GTX 580 pour afficher la démo Samaritan d’Epic dans les mêmes conditions ! Dans un registre similaire, le TXAA mixe plusieurs techniques d’antialiasing notamment un AA temporel. Le TXAA 1 offre un rendu d’image comparable au MSAA 8x avec un impact sur les performances comparable à celui du MSAA 2x. Le TXAA 2 offre une qualité jamais atteinte en utilisant des ressources similaires au MSAA 4x.

 

FXAA vs MSAA

 

Les 1536 CUDA Cores sont particulièrement utiles pour gérer des effets physiques réalistes grâce à l’API Phys X. Leur puissance permet d’animer des textures habituellement statiques comme celles des vêtements ou des cheveux, des particules (explosions) et bien d’autres.

L’architecture Kepler comprend un encodeur vidéo hardware H.264. Le NVenc autorise des encodages en 1080p bien au-delà de la conversion en temps réel. En effet, la puce arrive à transcoder jusqu’à 8x plus vite ! Une minute d’encodage pour 8 minutes de vidéo Full HD…

La GeForce GTX 680

NVIDIA a soigné la conception de la GeForce GTX 680. Le refroidissement est assuré par des heatpipes placés dans la grande base du radiateur. Ils sont surmontés par des ailettes très denses, et un ventilateur type « blower » de grand diamètre assure le flux d’air. Les aubes sont étudiées pour émettre le moins de bruit possible. La turbine est fabriquée dans un matériau qui réduit les perturbations sonores. Avec une longueur standard de 10 pouces et les connecteurs d’alimentation (2 x 6 pins), placés sur le côté, la GeForce GTX 680 ne devrait pas poser de problème d’encombrement.

Achetez la Carte graphique ASUS GTX680-2GD5 chez Rueducommerce à 539.90 €

Laisser un commentaire